Quand vous serez bien vieille....

Il était mignon ce jeune homme... Il a eu un mot pour mes enfants, pour chacun de mes enfants. Je sais, mais bon, ça compte... On fait attention à des détails de ce genre quand on est une Môman.
Il m'a abordé dans la rue. S'il n' avait pas porté un k-way rouge avec le slogan Aids écrit dessus, et s'il avait eu à la main un bouquet de pivoines, je me serais dit : "ça, c'est (encore!) l'effet Impulse!".Bon, en l'occurrence, ce n'était pas ça.
Comme mes garçons étaient étonnamment calmes, surtout pour des enfants se situant à moins de 10 m d'un "super manège de la mort qui tue" (ou "de la mort qui pue", comme fait croire de se tromper mon petit dernier), j'ai accepté d'écouter son laïus. Et, et, bien-sûr, j'ai accepté de faire une donation. Je ne sais pas dire non, comme l'avait sans doute remarqué le jeune homme en voyant l'énôôôrme sac Eveil Et Jeux accroché à la poussette. On a rempli le formulaire qui m'engage à donner 10 euros- par- mois-mais -en- fait -3- euros- après- réduction- d'impôts-mais-surtout-une-auréole-et-une-bonne-conscience-pour-au-moins-24-heures.
Et c'est là. C'est là qu'il m'a demandé ma date de naissance.
1969.
Il m'a regardée.
Je m'attendais à une allusion un peu grivoise : être née sous le signe gainsbourgien de l'érotisme, ce n'est pas donné à tout le monde, quand même...
Mais en fait, il a annoné : "Mais vous avez l'âge de ma ... mère!!!!!"
Va dans ta chambre, ptit con!
Je n'ai donc pas rempli le formulaire, et j'adresse toutes mes excuses à Aids qui a perdu à cette occasion une obole substancielle.
Quant à mon auréole, j'ai décidé de me la mettre autour de la taille. En gaine...